Un arpenteur du Valais et des Dents-du-Midi

 

une invention née dans le Chablais valaisan

Heinrich Wild (1877-1951) fut un créateur d’instruments de mesures et un inventeur suisse très réputé. Il est le fondateur de Leica Geosystems, leader mondial de la mesure spatiale, ainsi que l’initiateur et le concepteur des activités de cartographie et de photogrammétrie de la division de géodésie de Zeiss.

Entre 1900 et 1907, il calcula le périmètre de toute la zone forestière du Bas-Valais et effectua la triangulation de la forteresse de Saint-Maurice. Il réalisa également le relevé du glacier du Rhône comme première étude géodésique sur les mouvements des glaciers. À l’âge de 25 ans, le jeune homme allait marquer de son empreinte la cartographie contemporaine. En 1902 en effet, il est chargé par le Service topographique fédéral d’effectuer des mesures dans les montagnes du Bas-Valais. Équipé d’un théodolite pesant à l’époque près de 25 kilogrammes, sans compter l’encombrant trépied, il monte à la Haute-Cime pour y effectuer ses premiers relevés. Il écrit dans ses notes :

 » Avec un théodolite à répétition, j’ai fait la triangulation du Bas-Valais au début de ce siècle. Le 1er septembre 1902, j’étais au sommet des Dents-du-Midi, à 3257 mètres d’altitude, par beau temps, et j’espérais pouvoir terminer les mesures avant midi. Au lieu de cela, j’ai dû « régler » l’instrument pendant environ 2 à 3 heures, et le moment venu, les premiers signes d’un orage approchant sont apparus. Dans l’après-midi, nous avons déposé l’instrument sur le sommet dans un endroit abrité. Comme de grandes quantités de neige fraîche sont tombées, les travaux n’ont pu être poursuivis qu’après quelques jours. Même si le temps intermédiaire pouvait être rempli de points de signalisation, il a été partiellement perdu. Avec un instrument qui aurait été prêt à mesurer immédiatement, j’aurais pu effectuer la mesure en moins de deux heures. » (Heinrich Wild. Landesausstellung Zürich, 1939).

 C’est à partir de sa mésaventure vécue sur le plus haut sommet des Dents-du-Midi qu’Heinrich Wild reverra la conception des instruments de l’époque. Il commence à réfléchir à la manière de concevoir un instrument de mensuration fiable, plus léger et moins encombrant afin d’être prêt plus rapidement pour la mesure. Il contribua ainsi et de façon déterminante au développement des techniques modernes de mensuration tel que la photogrammétrie et la topographie. Il reste à ce jour le concepteur le plus important et le plus influent du système de cartographie du 20ème siècle.

Sans la prise de conscience d’Heinrich Wild suite aux problèmes rencontrés au sommet de la Haute-Cime en 1902, les connaissances sur la géodésie et l’exploration de la Terre ne seraient certainement pas aussi abouties aujourd’hui.

Heinrich Wild en 1919
Théodolite d’aera avant Wild. C'est cet instrument que Wild utilisa pour ses mesures aux Dents-du-Midi en 1902
Mesures trigonométriques à Troistorrents, 1901
Balise au sommet de la Haute-Cime

Le plateau de Salanfe

Un alpage aux mille façettes

L'origine des noms

Des prémices à la fin du 20ème siècle

La "faucille" de la pointe-de-Valerette

Quand la nature donne le signal

La cascade de la pissevache

De la montagne de Salanfe à la plaine du Rhône