Bienvenue sur un site entièrement dédié à une montagne, les Dents du Midi

Telles des sentinelles postées à l’entrée du Valais, les Dents du Midi sont forgées par sept sommets comme les sept merveilles du monde. Leurs noms évoquent souvent la dimension architecturale : la Cime de l’Est, la Forteresse, la Cathédrale, l’Éperon, la Dent Jaune, les Doigts et la Haute-Cime. On peut les admirer de Bex jusqu’au lointain Jura.
Photographe, réalisateur, passionné de montagnes et d’histoire, je vous invite à découvrir les faces méconnues de ces sept merveilles par les images et les textes que j’ai rassemblés et unis autour de différents points d’ancrage, d’approche. Principalement guidé par des présentations historiques et scientifiques pour l’heure, ce site vous proposera très vite des portraits actuels de cette montagne, hors cartes postales, la vie des femmes et des hommes qui l’habitent et l’animent.
Au plaisir de construire cette histoire avec vous,
Fabrice Ducrest

Présentation dans l'ordre des différents noms des sommets des Dents du Midi
Les premières ascensions

1784

22 août
La Haute-Cime (3257 m.)
Vicaire Jean-Maurice Clément

1842

16 août
La Cime de l’Est (3178 m.)
François-Marie Bruchon, Nicolas Délez, Eléonore Mottier et trois autres personnes

1870

7 juin
La Forteresse (3163 m.)
Emile Javelle et Joseph Oberhauser

1879

24 août
La Dent Jaune (3185 m.)
Maurice Wirz, de Trey et les guides François et Joseph Fournier et Claude Bochatay

1881

31 août
La Cathédrale (3159 m.)
Auguste Wagnon, Edouard Jacottet et le guide François Fournier

1886

3 juillet
Le Doigt de Salanfe (3205 m.)
Auguste Wagnon, P. Beaumont et les guides
François et Joseph Fournier et
Claude Bochatay

1892

4 août
Le Doigt de Champéry (3209 m.)
R. de Breugel Douglas et les guides
Pierre-Louis et Louis Délez

1892

8 août
L’Éperon (3113 m.)
P. Janin et guides

Image à la une

Vitrail de Pierre Chiara — « Paysage lacustre avec barque du Léman transportant des pierres de Meillerie et château de Chillon », 1905

À l’origine, ce vitrail était situé au 28 de la rue du Lac à Vevey. En 1905, suite à la destruction puis la reconstruction du bâtiment par l’architecte veveysan Victor Chaudet (1854-1921), il est miraculeusement préservé. L’œuvre a été réalisée par le vitrier Pierre-Auguste Chiara (1882-1929) dont l’atelier était situé à cette époque à la place Saint-Laurent n° 6 à Lausanne (le magasin étant au n° 1).
Le vitrail, cloisonné au plomb, est constitué de verres translucides non lisses, dits « cathédrales », plaqués et gravés à l’acide. La signature « P. Chiara Lausanne », les détails de fenêtres du château de Chillon ainsi que les deux personnages dans la barque sont réalisés selon une technique appelée « à la grisaille ». La représentation des Dents du Midi est quant à elle une gravure faite à l’acide fluorhydrique sur verre plaqué bleu sur blanc.
Anciennement au premier étage du Casino de Montbenon, c’est dans la salle des fêtes que l’on retrouve le vitrail de Pierre Chiara aujourd’hui. Idéalement placé en hauteur et au centre de la pièce, il mesure 136 cm de largeur pour 110 cm de hauteur. Photographie © Fabrice Ducrest

Afin que ce site réponde encore mieux à vos attentes, merci de me faire part de vos suggestions, observations ou corrections en remplissant le formulaire ci-dessous.