Bienvenue sur un site entièrement dédié à une montagne, les Dents du Midi
Telles des sentinelles postées à l’entrée du Valais, les Dents du Midi sont forgées par sept sommets comme les sept merveilles du monde. Leurs noms évoquent souvent la dimension architecturale : la Cime de l’Est, la Forteresse, la Cathédrale, l’Éperon, la Dent Jaune, les Doigts et la Haute Cime. On peut les admirer de Bex jusqu’au lointain Jura.
Photographe, réalisateur, passionné de montagnes et d’histoire, je vous invite à découvrir les faces méconnues de ces sept merveilles par les images et les textes que j’ai rassemblés et unis autour de différents thèmes.
Au plaisir de construire cette histoire avec vous,
Fabrice Ducrest
Présentation dans l'ordre des différents noms des sommets des Dents du Midi
Les premières ascensions
1784
22 août
La Haute Cime (3257 m.)
Vicaire Jean-Maurice Clément
1842
16 août
La Cime de l’Est (3178 m.)
François-Marie Bruchon, Nicolas Délez, Eléonore Mottier et trois autres personnes
1870
7 juin
La Forteresse (3163 m.)
Emile Javelle et Joseph Oberhauser
1879
24 août
La Dent Jaune (3185 m.)
Maurice Wirz, de Trey et les guides Claude Bochatay, François et Joseph Fournier
1881
31 août
La Cathédrale (3159 m.)
Auguste Wagnon, Edouard Jacottet et le guide François Fournier
1886
3 juillet
Le Doigt de Salanfe (3205 m.)
Auguste Wagnon, Paul Beaumont et les guides
Claude Bochatay, François et Joseph Fournier
1892
4 août
Le Doigt de Champéry (3209 m.)
R. de Breugel Douglas et les guides
Pierre-Louis et Louis Délez
1892
8 août
L’Éperon (3113 m.)
P. Janin et guides
Image à la une
Mis en service le 18 août 1883, le funiculaire Territet-Glion est le deuxième funiculaire construit en Suisse après le Lausanne — Ouchy datant de 1877. Fonctionnant à l’aide de ballast d’eau installé sous les cabines et d’une crémaillère, il fut entièrement automatisé en 1975. Avec un dénivelé de 300 mètres et une distance de 632 mètres, la pente était alors la plus forte d’Europe à cette époque avec un maximum de 570 ‰.

Mis en service le 18 août 1883, le funiculaire Territet-Glion est le deuxième funiculaire construit en Suisse après celui de Lausanne — Ouchy datant de 1877. Fonctionnant à l’origine à l’aide de ballast d’eau installé sous les cabines et d’une crémaillère, il fut entièrement automatisé en 1975. Avec un dénivelé de 300 mètres et une distance de 632 mètres, la pente était alors la plus forte d’Europe à cette époque avec un maximum de 570 ‰. © Fabrice Ducrest