La « faucille » de la Dent-de-Valerette

 

Quand la nature donne le signal

Autrefois, les campagnards et vignerons s’adonnaient à différents travaux précis au gré des signes de la nature. Comme les effeuilles, pratiquées dans le Lavaux quand fondait « le cheval » situé sur le flanc du Mont-Gardy, dans le Chablais valaisan. Au-dessus de Roche, le pâturage des Agites était alors connu sous le nom de montagne des effeuilleuses. Lorsque celle-ci était débarrassée de sa neige, les ceps de vigne étaient alors délestés d’une partie de leurs feuilles afin de favoriser l’ensoleillement et la maturation des fruits.

Un phénomène similaire était pour sa part bien connu des campagnards des Chablais vaudois et valaisan. Au printemps, au moment de la fonte des névés, une « tache » de neige aux contours marqués se dessinait au sommet de la Dent-de-Valerette. Bien visible depuis Aigle ou Monthey, il avait pour habitude de se transformer en faucille, ou virgule, au milieu du mois de juin. La disparition totale du névé indiquait aux gens de la plaine que pouvait commencer le travail des moissons.

 Le ski-Club du Choëx s’en inspirera puisqu’il organisera en 1978, ce durant près de quatre ans, une compétition de slalom au départ de la Dent-de-Valerette appelée… « le derby de la Faucille ».

La faucille à la Dent-de-Valerette. © Fabrice Ducrest
La faucille à la Dent-de-Valerette. © Fabrice Ducrest
La faucille à la Dent-de-Valerette. © Fabrice Ducrest

l'étymologie des noms

Des origines à la fin du XXème siècle

La cascade de la Pissevache

De la montagne de Salanfe à la plaine du Rhône

Premières mesures au sommet de la Haute-Cime

Une invention née dans le Chablais valaisan

La "cabane de glace" du glacier de Plan-Névé

Un mystérieux refuge

La meule à grains de "La Gouille"

Pour l’indépendance économique du Val d’Illiez

Le plateau de Salanfe

Un alpage aux mille façettes